Le journal de Vincent

Le Japon comme vous ne l'avez jamais vu auparavant

3.4.09

Une place en crèche


Aujourd'hui, je me décide à vous parler des crèches, plus particulièrement celle où va ma fille.

Cela fait déja 1 an que ma fille est entrée en crèche et début avril, elle est donc rentrée dans sa deuxième année.
Petit rappel : l'année scolaire au Japon commence en Avril pour finir en Mars.
e
A Tokyo, le système pour entrer dans les crèches diffèrent selon l'arrondissement, les règles et les contraintes y sont propres.
Ce qui suit se réfère donc au quartier de Meguro 目黒, là où nous vivons.
Je sais qu'à Paris, il est difficile d'avoir une place en crèche, à Tokyo ça l'est aussi je vous rassure, tout y est très strict et réglé comme du papier à musique.

On trouve des crèches publiques et privées ainsi que des nourrices.
Mais les nourrices sont rares et ne gardent que très peu d'enfants (pas plus de 5).
Elle sont généralement plus chères que les crèches publiques.
De toute façon, au Japon, on ne confie pas son enfant facilement, c'est pour une de cette raison aussi que beaucoup de femmes arrêtent de travailler pour s'occuper de leur enfant, plutôt que de le laisser à une "étrangère".

Les crèches privées sont nombreuses mais très chères.
Tenez vous bien, cela peut monter jusqu'a 80000 yens par mois (~600 euros) et certaines vont même jusqu'à proposer un système de vidéo surveillance par Internet, histoire de toujours avoir un oeil sur son enfant.
Malgré le prix, ces crèches restent tres sollicitées donc ce n'est pas facile non plus d'y trouver une place.

Concernant les crèches publiques, ce sont celles qui sont le plus convoitées, vous pensez bien.
Elles sont bon marché, grandes, bonnes et proposent beaucoup de service.
Le point noir : trop peu de place.
En fait, tout dépendra de votre quartier, mais à Meguro, les familles étant nombreuses, la demande est plus forte que l'offre.

Pour demander une place à la crèche, il faut d'abord s'adresser à la mairie et remplir un dossier au mois de novembre, dossier qu'il faudra redéposer avant la fin de l'année.
Dans ce dossier, de nombreuses questions personnelles comme :
- combien gagnez vous par mois ?
- quels sont vos horaires de travail ?
- quel travail faites vous ?
- depuis combien de temps travaillez vous ?
etc...
Peut-être que c'est la même chose en France, à vous de me le dire !

Le plus important est qu'il faut à tout prix que les 2 parents travaillent à plein temps pour avoir une chance d'être parmi les selectionnés.
Beaucoup de femmes travaillent à temps-partiel donc les gens "trichent" en remplissant le formulaire à leur guise afin d'avoir un dossier "parfait".
En effet, il est inconcevable de demander une place en crèche si un des parents ne travaille pas.
En tout cas, je trouve les contraintes très strictes et cela n'arrange pas tout le monde.
Je connais un couple dont la femme ne travaille pas, qui cherche du travail, mais qui ne peut se déplacer du fait qu'elle doive s'occuper de son enfant.
Comme beaucoup de choses au Japon, si vous ne rentrez pas dans le "rang", vous êtes éjecté !

Le dossier déposé, il faudra attendre un mois pour avoir une réponse.
Dans le cas d'une réponse positive, alors vous pouvez sortir le champagne.
Normalement, on vous attribuera la crèche la plus proche de chez vous.
Dans notre cas, nous avons eu beaucoup de chance puisque la nôtre se trouve à 5 minutes à pied de la maison, le top !

Si réponse négative, alors, vous serez mis sur liste d'attente, en attendant que quelqu'un se désiste.
Si personne ne se désiste, alors il sera pratiquement impossible de trouver une autre crèche pour l'annee.
Il vous faudra attendre un an de plus pour espérer avoir une place.

Avoir une place en crèche publique est donc une chance que tout le monde ne peut pas avoir, on peut s'estimer heureux.
Le prix variera selon vos salaires et l'âge de l'enfant : vous payerez plus cher pour un enfant de 4 ans que pour un enfant d'un an.
De même, plus vous gagnez d'argent, plus vous devrez payer.
Mais dans tous les cas, cela reste bien moins cher que les crèches privées et autres nourrices.

Au Japon, on aime les règles et bien entendu vous serez obligé de respecter les règles propres à l'établissement.
Dans notre cas, par exemple, nous ne pouvons pas laisser la petite pour faire une journée solo shopping ou cinéma.
Si on ne travaille pas alors on doit garder l'enfant à la maison et aviser la crèche.
Assez contraignant, on peut tricher là aussi, mais si votre enfant est malade et que la crèche appelle votre société et qu'ils apprennent que vous n'y êtes pas, alors vous êtes mal.
En effet, ici, on ne donne pas son numéro de téléphone personnel mais celui de bureau.
En cas de fièvre par exemple (plus de 38), la crèche refuse de garder votre enfant et vous demande de venir le chercher au plus vite.
Et ne croyez pas que l'on puisse quitter son boulot comme ça au Japon, c'est très très mal vu.
C'est d'ailleurs pourquoi beaucoup de sociétés refusent d'embaucher les femmes qui viennent d'accoucher.
Les congés maternité existent mais c'est comme les vacances, ça fait partie des "légendes urbaines", personne ne les prend et on préfere démissionner et reprendre le travail plus tard.
Enfin, je reviendrai sur ce point une prochaine fois.

En ce qui concerne les horaires, c'est plutôt bien, on peut laisser son enfant à partir de 7 heures du matin jusqu'à 7 heures du soir.
Une tranche horaire assez large qui satisfera tout le monde.
Pour notre petite de 2 ans, le déjeuner est servi à 11h30 puis vient la sieste quelques heures après.
Les enfants ont le temps de s'amuser toute la matinée ainsi que l'après-midi.
Il y a en général une institutrice pour 5 enfants, et ça marche plutot bien comme ça.

Personnellement, je n'ai rien à reprocher à notre crèche, les instits sont sympas, la directrice aussi, tout se passe dans la meilleure entente possible.
Le déjeuner est préparé par une nutritionniste agréée donc les repas sont bien équilibrés et variés.
Moi qui m'attendait à ce que les enfants mangent uniquement du riz et de la soupe Miso et bien j'avais tout faux.
Ils mangent du pain, des légumes, du lait, etc... c'est donc très différent de ce qu'on peut manger dans une famille japonaise.

Petit bémol, l'interdiction de laisser les chaussettes aux pieds, c'est pour éviter qu'ils ne glissent sur le parquet.
D'accord mais l'hiver, il fait assez froid et comme l'isolation des maisons au Japon n'a rien à envier aux maisons occidentales, il n'y a rien de plus facile pour attraper froid.

Au Japon, on parle de crèche "Hoiku'en' 保育園" et d'école maternelle "Yotchi'en' 幼稚園" mais ce n'est pas tout à fait organisé comme en France.
A la crèche, on peut laisser son enfant à partir de 3 mois jusqu'à 6 ans, et ce, du matin au soir.
Pour l'école maternelle, c'est à partir de 3 ans jusqu'à 6 ans mais seulement jusqu'en milieu d'apres-midi.
Ce qui veut dire que les 2 parents ne peuvent pas travailler à temps plein lorsque son enfant est à l'école maternelle.
Une place à la crèche sera donc privilégiée par rapport à l'école maternelle.
La différence, je dirais, est que la crèche est plus une garderie qu'autre chose, alors que l'école maternelle, il y a un enseignement.

Voilà pour un premier aperçu sur la chose, je reviendrai sûrement sur le sujet un de ses quatre.

9 Comments:

  • At 4:23 AM, Anonymous Mike said…

    Merci d'avoir repris l'écriture du blog, c'est toujours un plaisir de vous lire...

     
  • At 6:34 AM, Anonymous Snake said…

    Ca m'a l'air complètement bizarre toute cette histoire de crèche et maternelle, je savais pas que les règles étaient si stricte que ça au Japon, remarque je n'en sais pas plus pour les crèches de France donc bon...

    Je comprendrais décidément JAMAIS cette façon de ne pas oser prendre des vacances au Japon, bon sang !! Qu'ils mettent leur fierté de côté pour le bien de leur santé, en France la santé et la famille passe avant tout, les Japonais sont très conscient de ce problème là mais ne font rien contre ça, c'est ironique je trouve, mais c'est un autre sujet dont tu évoquera plus tard comme tu l'as dit...

    Cet article montre bien la face caché dont il faut surtout se méfier lorsque l'on idéalise le Japon comme le pays des merveilles.
    Question: comment fait-on si notre enfant naît en janvier par exemple et qu'il faut remplir le formulaire en Novembre? On est obligé de le garder des mois pendant les procédures ? c'est vachement stricte...

     
  • At 1:31 PM, Anonymous Kapoue said…

    C'est comme même étrange de la part d'un pays en chute démographique de rien faire pour arranger la vie des parents.

    La question de la crèche va se poser pour moi dans quelques mois, travaillant pour la France à la maison, ça va pas être une partie de plaisir.

     
  • At 5:44 AM, Anonymous Rayden said…

    Waow, impressionnant, je n'aurai jamais pensé que ce soit aussi compliqué d'avoir une place dans une crèche, je ne sais même pas ce que ça donne en France mais ça donne énormément à réfléchir...Merci beaucoup encore une fois Vincent pour toutes ses informations

     
  • At 10:14 AM, Blogger Vincent said…

    Snake> ce n'est pas une question de fierte, au contraire, c'est une question de crainte.
    La crainte des autres envers soi.
    Dans le travail de groupe, si une personne ne suit pas les autres, elle est ecartee.
    Une vision difficile a admettre pour nous autre occidentaux, mais helas, c'est comme ca que les japonais interpretent leur vie.

    Si ton enfant nait en janvier, et bien tu dois attendre 10 mois pour la prochaine demande d'entree en creche.
    C'est pour ca que la plupart des femmes arretent leur travail en attendant une place.

    Kapoue> Le Pays ne fait rien pour pousser les gens a faire des enfants. les aides sociales sont risibles, les gens preferent se concentrer sur leur travail.

     
  • At 5:16 AM, Anonymous Anonyme said…

    Petit aperçu de la crèche en IDF.

    Le marché est ultra saturé. Les critères de sélection varient selon les communes : premier arrivé, premier servi; revenus des parents; jumeaux... il est conseillé si on nous le permet, d'inscrire son enfant en crèche à l'annonce de la grossesse. Et sans rigoler, on est même pas sur d'avoir la place.

    Il y a maximum 3 enfants pour 1 adule chez les petits et 5 chez les grands (il me semble).

    Evidement, les établissements ne se valent pas tous.
    J'ai eu de la chance. Ma crèche est une petite structure de 20 enfants dont 5 petits. Plus c'est petit, plus la taille est humaine.
    Le personnel encadrant est maternant et très respectueux des enfants et des attentes des parents dans la limite du raisonnable. Par exemple, à la place de leur lait de croissance bourré se sucre et d'arômes artificiels, j'apportais du lait demi-écrémé bio.

    La journée est rythmée par des activités : lecture, cuisine, chansons et musique, enfilage de perles, peinture/dessin, puzzle, jeux d'eau, motricité, préparation des fêtes, sorties à thème, etc... mais au delà, il y a l'apprentissage de la vie en société et du respect des autres.
    Il y a aussi la possibilité de consulter le psy. En tant que jeunes parents, on se pose pleins de questions, le psy peut aider à relativiser, à trouver des solutions, à déceler un retard...

    Bref, on peut s'éclater en crèche si la direction propose un projet pédagogique intéressant.

     
  • At 9:07 PM, Blogger Pyunyu said…

    Je tiens juste à apporter mon expérience, vivant également au Japon.

    Je suis mariée à un Japonais et nous avons un fils d'un an que nous confions à la crêche (Hoikuen) à 30 secondes de chez nous (que nous avons choisi nous-même) depuis qu'il a 3 mois.

    Mon mari et moi travaillons de chez nous, et pour confier notre fils à la crêche, nous n'avons jamais eu besoin de remplir aucun document. Nous payons au mois, et notre enfant est gardé tous les jours de 9h à 19h.

    Nous habitons également à Tokyo.

    Je voulais juste préciser que ce n'est pas partout pareil :)

    Sinon, merci pour votre post sur le statut de résident permanent, je dois bientôt m'y attaquer.

     
  • At 12:04 AM, Anonymous Karine said…

    J'aurais peut-etre du rester au Japon finalement. Ici en Angleterre, la creche privee c'est en moyenne £1000/mois par enfant pour 5 jours par semaine, donc £2000/mois pour mes 2 enfants. Faut assurer derriere... D'autant plus que, l'ecole ne commence qu'a 5 ans. Quant a la creche publique, pas la peine d'y penser, c'est vraiment reserve a des couches de population tres defavorisees.
    Par contre pas de probleme pour obtenir une place a la creche privee, il y a une vraie selection par l'argent qui s'opere :-/ Beaucoup de femmes n'ont pas un salaire suffisamment eleve pour enovyer leurs enfants a la creche et se retrouvent "prisonnieres" a la maison...

     
  • At 11:16 PM, Blogger Blog said…

    Bonjour!

    En France aussi le dossier pour la crèche c'est le parcours du combattant : il faut remplir un tas de formulaires, fournir un tas de photocopies, déposer son dossier, avoir un entretien avec la personne responsable de la crèche.

    Tout ça pour recevoir une belle lettre disant que notre dossier n'a pas été retenu!

    A Paris les gens qui obtiennent une place en crèche sont pistonnés ou bien ont fait une lèche d'enfer au personnel. Le prix dépend des revenus des parents.

    En France les "tarifs" des assistantes maternelles agréées sont officiellement fixés mais dans la réalité avec la prime d'entretien (prime en sus du salaire, fixée par la nounou) elle gagnent ce qu'elle veulent (je paie bien plus de 600 euros à ma nourrice agréée pour 45 heures de garde par semaine).

    En revanche, c'est bizarre et abusif que les parents ne puissent de temps en temps s'octroyer une journée off avec leur enfant à la crèche! m'enfin c'est comme ça...

    Bonne continuation à vous

    Blogggirl

     

Enregistrer un commentaire

<< Home